Law, Justice and Development Week 2020 de la Banque Mondiale

« Justice et pandémie en Afrique et en Europe : une opportunité pour innover », un débat co-organisé par la Fondation pour le droit continental et le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères le 19 novembre dernier.

Le droit est aujourd’hui l’un des éléments moteurs du développement économique et social d’une société et les professionnels du droit (notaires, avocats, magistrats, juristes, commissaires de justice etc.) sont aujourd’hui les principaux garants du respect des lois, de l’accès à la justice, de la résolution des conflits et de l’État de droit. 

La pandémie mondiale de la COVID-19, par son ampleur et son caractère soudain, a grandement bouleversé les pratiques des acteurs juridiques, alors même que le besoin de droit n’a jamais été aussi grand pour les citoyens et les entreprises. Comment assurer, dans ces conditions nouvelles, la bonne tenue des audiences, la rédaction et la signification d’actes, tout en garantissant le strict respect des droits fondamentaux, la sécurité des échanges, l’efficacité de la procédure et, lorsque procès il y a, son caractère équitable ? 

Cette session a proposé des regards croisés de différents acteurs juridiques d’Afrique et d’Europe sur l’évolution et l’adaptation de leurs pratiques à l’heure de la crise sanitaire. Les intervenants ont ainsi partagé leurs expériences sur les opérations juridiques et procédures judicaires ainsi que les innovations pensées pour garantir les droits fondamentaux des citoyens. Les échanges ont mis en lumière un ensemble de bonnes pratiques numériques et enseignements à tirer de l’expérience de chaque région tant en période de crise que pour le droit et la justice de demain. 

À cette occasion se sont retrouvés autour de la table virtuelle : Didier Reynders, Commissaire Européen à la Justice ; Emmanuel Sibidi Darankoum, Secrétaire Permanent de l’OHADA ; Coco Kayudi, Bâtonnier de l’Ordre des avocats de Kinshasa/Matete en République Démocratique du Congo (RDC) ; Christiane Féral-Schuhl, Présidente du Conseil National des barreaux ; Régine Dooh Collins, Présidente de la Chambre Nationale des Notaires du Cameroun et membre de l’Association du Notariat Francophone (ANF)  ; Lionel Galliez, vice-Président pour l’Europe de l’Union internationale du notariat ; Alain Ngongang, Président de la chambre nationale des huissiers de justice du Cameroun ; Patrick Sannino, Président de la Chambre nationale des Commissaires de Justice ; Klaus Decker, spécialiste du secteur public au département « Global Governance Practice » de la Banque Mondiale. Le débat a été modéré par Anne-Charlotte Gros, Directrice Générale de la Fondation pour le droit continental.

Pour en savoir plus : visionnez le replay de notre débat, accédez au programme de la journée et ses participants.